CANNABIS.INFO, L’ENCYCLOPéDIE EN LIGNE DU CANNABIS

16.02.2013

Les origines de la culture

par lazystrain

La raison pour laquelle les gens cultivent du cannabis et ont introduit cette plante dans leur parcelle est un mystère lié à la nature curieuse des êtres humains. Au cours de l'évolution, nous avons appris à nous adapter; soit nous envers les plantes, soit les plantes envers nous, afin de permettre un équilibre entre nous et la nature et une coexistence pacifique. A travers toutes les époques de l'histoire, le cannabis a accompagné les peuples dans leur voyage autour du monde. Au fur et à mesure de la sédentarisation des humains, ils ont domestiqué le cannabis pour en faire une culture annuelle qu'ils dont ils pourraient exploiter tout le potentiel.

Les origines de la culture

On estime que les premières plantes domestiquées par un peuple venaient de cultigènes sauvages à la fin de l'âge de pierre ou période néolithique, il y a environ 30.000 – 20.000 années de ça.

Il est également généralement admis que quand et comme les humains se sont sédentarisés, par opposition au mode de vie alors dominant de chasseurs-cueilleurs, ils ont commencé à domestiquer certaines plantes sauvages. A côté de l'orge, du riz, de l'engrain, du seigle et du blé, les communautés sédentarisées ont cultivé du cannabis sativa pour le textile, l'huile et pour ses propriétés nutritionnelles et shamaniques – ainsi que comme fourrage pour les animaux récemment domestiqués telles que les chèvres, les moutons et le bétail.

En voyageant d'une vallée à l'autre, d'une région à l'autre, ces communautés proto-paysannes recherchaient de nouvelles terres à cultiver, alors que les graines qu'ils avaient cultivées redevenaient sauvages la saison suivante. Le cannabis a utilisé cela de manière rusée pour disperser ses semences.

Dispersion des semences

La dispersion des semences est le moyen par lequel les plantes annuelles se reproduisent. Les semences peuvent être dispersées de nombreuses manières. Pour la cannabis, la première méthode pour disperser les graines se fait via les éléments du temps (vent, pluie, gel et neige). Quand les graines mûrissent, elles tombent naturellement sur le sol où la pluie, même mineure, va les déposer dans une position confortable où elles pourront s'établir et passer l'hiver.

La seconde méthode pour disperser les graines de cannabis est animale. Plusieurs espèces d'oiseaux et de mammifères se nourrissent avec plaisir des graines, des fleurs et des tiges. Dans leur empressement affamé, ils avalent autant de graines et de fleurs que possible et certaines graines peuvent rester intouchées par le bec des oiseaux ou les dents d'une vache. Ces graines restées entières sont indigestes et redéposées plus tard dans un autre endroit pour l'oiseau ou le bestiau.

Troisièmement, les humains qui ont intentionnellement récolté les graines de cannabis et qui les ont conservées pour les manger ou les cultiver la saison suivante. Les humains ont rapidement compris que les graines venant de bons parents donnaient de bonnes plantes. En sélectionnant les meilleures caractéristiques génétiques chaque saison, ces proto-paysans furent inconsciemment les premiers breeders de cannabis. Le cannabis a crée un tel pinacle au cours de son évolution qu'on peut maintenant ajouter l'humain dans la liste de ses méthodes pour disperser ses semences.

Cannabis - sativa et indica

Géographiquement, il n'est pas possible de déterminer si le cannabis est monté dans la montagne ou en est descendu durant sa progression – avec les éléments du temps, les oiseaux, les bestiaux ou les humains. Ce qu'on sait, c'est que le cannabis s'est propagé dans de nouvelles niches écologiques et des lieux géographiques propres qui étaient adaptés à sa croissance ou sa culture pour permettre à la plante d'évoluer.

Globalement, les plantes de cannabis indica viennent des terres d'altitude, restent plus petites que leurs cousines sativas qui viennent des plaines fortement habitées où elles deviennent plus grandes et plus grosses. A ce jour, personne ne sait si ces différences spécifiques sont naturelles ou si c'est le résultat de la domestication. Traditionnellement, le cannabis indica (en majorité) est cultivé dans des régions où le cannabis sativa pousse souvent de manière sauvage. A l'inverse cependant, dans les régions tropicales où le cannabis sativa pousse de manière sauvage, les populations de cannabis indica sont généralement absentes des recensements botaniques.

Cette évidence indirecte suggère que le Cannabis sativa a été domestiqué en premier dans les plaines habitées et cultivées pour en faire une plante standard qui pourra plus tard être cultivée plus facilement en montagne sur des terres plus exposées. Dans quel cas, le Cannabis indica aurait été sélectionné pour donner des plantes sans graines plus rapides et récoltées avant les gelées hivernales.

Ceci a crée de nouvelles espèces de Cannabis (appelé aujourd'hui Cannabis indica) qui a évolué et développé sa propre identité dans les montagnes.

Première agriculture

Les premières méthodes agricoles fonctionnaient par essais-erreurs, en testant ce qui marchait à tel endroit. A cet égard, il y a eu peu de changement entre les méthodes agricoles préhistoriques et modernes. Ce qui intéresse les archéobotanistes est le moment de la transition entre les graines récoltées (comme nourriture) sur les plantes sauvages et les graines récoltées sur les plantes cultivées spécifiquement lors de la saison passée.

Il y a de nombreux éléments qui laissent penser que les communautés de chasseurs-cueilleurs ont "géré" le paysage sauvage et ses ressources naturelles avant d'arriver à la domestication de ce type de plantes. Nous savons cela par des traces laissées par l'agriculture sur brûlis, l'exploitation forestière et les pâturages du bétail et qui soutiennent toute cette théorie. A un moment magique du développement des chasseurs-cueilleurs du Néolithique, soit certaines graines ont été observées lorsqu'elles s'ouvraient la saison suivante, soit une personne âgée de la communauté ne sachant plus se déplacer sur de longues distances a planté quelques graines qu'elle avait récoltées auparavant. Cela a produit une nouvelle société agraire qui s'est développée lentement pour donner ce qu'on connaît aujourd'hui sous le nom d'"agriculture".

La présence de chèvres/moutons était importante pour les premières communautés paysannes pour plusieurs raisons. Le bétail était utilisé pour nettoyer des terres de forêts dénudées qui une fois labourée formait une terre agricole parfaite. L'autre raison pour laquelle le bétail était important vient du fumier qu'il produit et qui répandu sur la terre, fournit une source riche en nutriments pour les monocultures. Quand ces animaux s'échappaient, ils déposaient en plus des graines de leur dernier repas dans de nouveaux endroits et encourageaient ainsi la dispersion des semences et la croissance sauvage de population de cannabis.

Plantes retournées à l'état sauvage

Ces plantes sont retournées à l'état sauvage ou semi-sauvage suite à une période de domestication. Par opposition, une plante domestique est une espèce sauvage qui a été conservée et gérée par des humains. Il est possible que les anciennes communautés paysannes aient géré des plantes de cannabis à l'état sauvage en supprimant des plantes males ou femelles avec l'intention d'isoler les plantes mâles pour le textile et la corde et les plantes femelles pour la production d'huiles et de graines.

La capacité du cannabis à retourner à l'état semi-sauvage démontre de manière discutable que les espèces autochtones, mêmes si elles sont semi-domestiques, ne sont pas si éloignées de leurs cousines vraiment sauvages. De nombreux débats autour des espèces de cannabis sauvages ou redevenues sauvages se poursuivent cependant.

Domestication du Cannabis

Le cannabis produit ses graines naturellement en automne. Livrées à elles-mêmes, ces graines tombent sur le sol et poussent in situ la saison suivante. C'est au moment où ces graines ont été récoltées et prudemment conservées et semées la saison suivante sous forme d'une activité organisée que le cannabis a été domestiqué.

La domestication des espèces comprenant le cannabis a permis aux communautés humaines et aux populations de plantes d'exister au-delà de leur version naturelle. De nombreuses vallées et sommets ont été pris à la nature pendant cette période de destruction de forêts à coups de hache et de brûlis – de nouvelles pâtures ont été ouvertes où des terres arables et le cannabis ont trouvé une niche – souvent aux limites de zones urbaines.

De nombreuses communautés proto-agricoles n'ont pas complètement abandonné leurs traditions de chasseurs-cueilleurs et opté pour un style de vie semi-nomade. Au long de la période néolithique, les sociétés sont devenues plus sédentaires avec l'arrivée d'habitations permanentes, de gestions des champs, de la loi, de l'ordre et de la religion comme on l'entend aujourd'hui. Les mouvements religieux ont particulièrement aidé à la distribution des graines venant de nombreuses cultures y compris du Cannabis dans des régions éloignées – y compris des régions sauvages reculées d'Europe.

Cannabis textile

Aujourd'hui, le Cannabis sativa peut être utilisé pour produire des cordages, des vêtements et du papier. Nous savons que nos ancêtres cultivaient du cannabis pour faire du textile car certaines évidences archéologiques ont survécu. Dans la majorité des cas cependant, de nombreuses preuves archéologiques de l'usage quotidien du cannabis durant le Néolithique ont disparu à cause de sa nature végétale. C'est là qu'intervient l'anthropologie pour montrer des exemples crédibles de corrélations entre la théorie et la pratique.

Avant l'invention des fibres synthétiques, les fibres de chanvre fournies par le cannabis sativa était le matériel textile le plus solide et le plus fiable pour produire des cordes pour la construction et les bateaux. Il est très possible que de nombreux monuments mégalithiques, y compris les pyramides et Stonehenge, aient été construits avec l'aide de cordes pour poulie faites avec des tiges de cannabis durant le Néolithique.

Cannabis alimentaires

Pour resituer le débat dans son contexte, il faut savoir que les Népalais cultivent du cannabis depuis 10.000 ans dans sa forme sauvage, semi-sauvage et domestiquée pour ses propriétés nutritives. Les graines de cannabis sont réputées pour contenir des protéines, des acides aminés, des huiles oméga et des fibres. Même dépourvues de propriétés psychoactives, les graines de cannabis fournissent de nombreux éléments nutritifs dont l'humain a besoin pour vivre. En outre, le cannabis est une des rares plantes à pouvoir être cultivées à des altitudes élevées grâce à son métabolisme élevé.

Comme il faut toute une saison pour produire une récolte à l'extérieur, les premiers cultivateurs de cannabis ont appris à sélectionner les graines des plantes les plus productives. Progressivement, certains traits dominants ont disparu au fil des saisons en faveur de caractéristiques récessives jusqu'à ce que toutes les plantes du champs soient les mêmes chaque saison. A ce moment-là, les graines de cannabis de variétés spécifiques ont pu être échangées avec d'autres communautés paysannes pour produire des résultats constants dans les champs.

Cannabis médicinal

Pendant ce temps, des moines clandestins cultivaient du cannabis dans leur monastère de montagne pour ses propriétés médicinales de qualité (et pour les sacres religieux). En combinant certaines plantes avec d'autres venant de situations géographiques différentes, les moines ont réussi à isoler des qualités bénéfiques et médicinales du cannabis. Cette médecine se trouve dans les cannabinoïdes et les terpènes de la plante elle-même.

Les herboristes du Néolithique ont isolé le cannabis médicinal quasi de la même manière que le fait le fabricant de haschich aujourd'hui. Quand les huiles naturelles de la plante sont récoltées, elles peuvent être administrées comme médicament aux voyageurs et aux pèlerins. Le cannabis était utilisé dans des compresses chaudes te froides, des sauces, des teintures, des pommades, des plats ainsi que comme encens ou directement inhalé tout au long de la période néolithique et sur plusieurs continents.

Cannabis spirituel

Pendant la période néolithique, le cannabis a été utilisé pour des rites spirituels et communautaires et pour la méditation par plusieurs tribus, groupes et communautés.

L'usage de la 'Ganja' en Inde est une pratique ancienne dont les racines se situent dans les rites liés à Ganga, Shiva et le Gange. Le Gange est né quand la déesse Ganga a apporté la nourriture au monde. A ce moment-là, Shiva se baignait dans le Gange et Ganga s'est emmêlée dans ses cheveux. Alors que Shiva se baignait, il a reçu une flèche tirée par un ennemi. Quand il a réussi à atteindre les bords de la rivière, Shiva a retiré la flèche et là où son sang a coulé sur le sol, une plante de Ganja (cannabis) a poussé. Voilà comment est née la légende.

Les Sâdhus (ou hommes saints) d'Inde fument de la Ganja depuis les jours de Shiva car cela aide à atteindre directement un état méditatif et une connexion avec l'esprit ou soi-même. On sait également que la Ganja a été incorporée dans de nombreuses fêtes religieuses par une boisson fraîche appelée 'Bang Lassi'. Le Lassi est un genre de milk-shake qui ne contient pas de lait. Le Bang, c'est la Ganja qui est réputée pour produire d'abord un effet sédatif puis méditatif et est toujours utilisé par les religieux en Inde aujourd'hui.

Un autre groupe du Néolithique qui buvait du cannabis était le peuple campaniforme – appelé ainsi parce que chaque membre de la communauté avait sont propre gobelet de céramique en forme de cloche. Chaque gobelet était orné d'une 'arête de poisson' ou d'une 'feuille de cannabis (selon l'interprétation) et d'une corde de chanvre utilisée pour imprimer des motifs dans le gobelets durant sa fabrication. L'archéologie indique que ces gobelets étaient utilisés lors de cérémonies communautaires en Angleterre et remplis d'un mélange d'hydromel (miel fermenté), d'herbes et peut être de cannabis et qui était consommé en grandes quantités pour garantir à chaque membre de la tribu d'être en communion avec sa propre tasse.

Commerce du cannabis

Quand le cannabis a gagné en notoriété pour être une ressource fiable, sa valeur commerciale a augmenté. Les fibres, les fleurs, les graines et les huiles pouvaient être échangées localement et à longue distance, et présentées sur les marchés et dans les foires marchandes. Quand les proto-agriculteurs ont découvert les graines qu'on leur proposait, une nouvelle révolution agraire s'est déployée avec l'ouverture de la possibilité d'échanges avec d'autres voisins. Alors que de nouveaux horizons s'ouvraient pour le cannabis sativa, les premiers marchés paysans pour graines de cannabis ont ouvert leurs étalages et le commerce de graines de cannabis n'a cessé de croître depuis lors.

Progressivement, alors des marchands du Nord commençaient à converger vers les marchands du Sud, et quand l'Est a rencontré l'Ouest, les pôles génétiques de variétés de cannabis spécifiques ont été mélangés, le matériel génétique d'une vallée reculée a rencontré le matériel génétique de la suivante. Le cannabis et sa culture a été propulsé vers l'avant par le commerce et l'envie d'ivresse. De nombreuses variétés de cannabis textiles, y compris les origines du Cannabis ruderalis (qu'on trouve aujourd'hui en Russie), ont été développées durant la période néolithique comme l'ont été certaines des variétés les plus fortes ouzbèks et afghanes qu'on trouve principalement attachées au haschich aujourd'hui.

Pendant ce temps, pour resituer les choses dans leur contexte, le Cannabis sativa et le commerce de sa culture et de ses graines ne gagneront le littoral des Amériques que 10.000 ans plus tard.

Les balises: Haschich | Graines
Edition : Soft Secrets 2012 - 6
 
Mot de passe oublié ? Log-in

Pour télécharger Highlife ou SoftSecrets en PDF, vous devez effectuer le log-in.

Cliquer pour effectuer le log-in.