Les trichomes sur les plants de cannabis : ce qu'ils sont et pourquoi sont-ils si importants ?


Les trichomes sur les plants de cannabis : ce qu'ils sont et pourquoi sont-ils si importants ?

La plupart des fumeurs de cannabis seront d'accord pour dire qu'un joli manteau de trichomes est un bon signe de la qualité de la weed qu'ils fument. Mais pourquoi ? Qu'est-ce qui rend si spéciales ces petites particules givrées sur votre herbe ?

Les trichomes sont des petits cristaux microscopiques semblables à des particules qui poussent sur le cannabis. Ce sont eux qui donnent cette apparence givrée aux têtes et ils sont très prisés des utilisateurs thérapeutiques et récréatifs étant donné que ce sont eux qui permettent d'exploiter tout le pouvoir du cannabis.

Le mot trichome dérive du mot Grec "Tríchōma" qui signifie "la pousse des poils". Lorsqu'on les observe sous un microscope, les trichomes ressemblent quelque peu à des poils ou des champignons. À l'œil nu, on dirait plus des tout petits cristaux.

Les trichomes sont réputés pour rendre les ganja d'ores et déjà puissantes, encore plus collantes et elles octroient au passage un arôme plus significatif. C'est principalement dû au fait que les trichomes sont en réalité responsables du stockage des plus fortes concentrations de cannabinoïdes et de terpènes qui donnent au cannabis ses arômes, ses saveurs et ses effets uniques.

LES TYPES DE TRICHOMES

LES TYPES DE TRICHOMES

Les trichomes peuvent se ressembler de loin, mais ils existent en fait sous de multiples formes et tailles différentes. Il y a généralement 3 types principaux de trichomes que l'on retrouve sur les plants de cannabis:

Les trichomes bulbeux

Ce sont les trichomes les plus petits que l'on trouve sur le cannabis, variant entre 15 à 15 micromètres. Ils ont tendance à apparaître sur la surface de toute la plante, mais ne peuvent pas être vus à l'œil nu.

Les trichomes sessiles capitulés

Ces trichomes sont légèrement plus épais et ont une apparence plus semblable à celles des champignons avec une tête et une tige. On retrouve bien plus abondamment de trichomes capitule sessile que de trichomes bulbeux.

Les trichomes glandulaires capitulés

Ce sont les trichomes les plus larges et les plus présents que l'on peut trouver sur le cannabis. Ils varient généralement entre 50 et 100mm de largeur les rendant ainsi visibles à l’œil nu (contrairement aux trichomes bulbeux). Ces trichomes comprennent également une tige et une tête, cette dernière servant de centre de production aux terpènes et aux cannabinoïdes.

QUEL EST LE BUT DES TRICHOMES ?

Les trichomes sont le quartier général de la production des cannabinoïdes que l'on aime et que l'on chérit tant. Ces composés sont produits lorsque la plante mûrit et atteint le cycle de floraison.

Du mouvement se produit dans les trichomes lorsque les plantes mûrissent et commencent à développer des fleurs. Les vacuoles et les plastides sont véhiculées des tiges des trichomes jusqu'aux têtes où elles sont utilisées pour métaboliser les cellules et éventuellement pour former des molécules qui serviront de précurseurs aux cannabinoïdes.

Les scientifiques et les chercheurs n'ont pas encore tout à fait compris pourquoi les cannabinoïdes et les terpènes sont produits et stockées dans les trichomes. Certains suggèrent que cela aide la plante à se protéger elle-même des prédateurs herbivores en développant un arôme très fort et des effets intoxicants de manière à pouvoir éloigner quelconques fin gourmets souhaitant s'en délecter.

Tandis que les trichomes mûrissent, ils ont tendance à changer de couleur. Les plupart des cultivateurs utilisent ce changement pour pouvoir mesurer la maturité de leur plante et d'ainsi planifier la récolte. Les trichomes sont extrêmement volatiles et peuvent être endommagés facilement par la lumière, la chaleur, le contact physique et l'agitation, ou bien encore par l'oxygène. Ils peuvent également disparaître après un certain temps.

COMMENT SÉPARER LES TRICHOMES DU PLANT DE CANNABIS ?

COMMENT SÉPARER LES TRICHOMES DU PLANT DE CANNABIS ?

Lorsque l'on fume régulièrement des têtes de beuh, vous souhaitez de toute évidence conserver le plus de trichomes possibles sur votre matos. Néanmoins, séparer les trichomes de la plante permet aux consommateurs de faire de puissants concentrés riches en cannabinoïdes qui sont bien plus puissants que les simples fleurs.

En fait, l'art de la séparation des trichomes d'une plante est l'élément fédérateur derrière l'idée du marché en hausse des concentrés. Du kief au hash au BHO et à l'huile, tous les concentrés sont crées en séparant les trichomes des plantes et en extrayant les éléments clés de celle-ci.

Il y a quelques méthodes pour retirer les trichomes de la matière des plants de cannabis. Voici les plus populaires :

LE TAMISAGE SEC

Le tamisage sec consiste à délicatement frotter des têtes de cannabis séchées contre un tamis fin. Cela produira une fine poudre que l'on appelle plus communément le kief. Le kief est certainement le type de concentré de cannabis le plus vieux et il est l'élément essentiel utilisé dans le hash marocain originale.

En remuant doucement les fleurs sèches à travers le tamis, vous serez en mesure de séparer les trichomes fragiles de la surface de la plante. Vous pouvez récolter cette poudre et la saupoudrer dans un joint ou un bong ou alors, aller plus loin en le chauffant et en le pressant en un bloc de hash.

ROULAGE À LA MAIN

Cette méthode de séparation des trichomes de la plante nécessite des têtes non séchées contrairement à la méthode précédente. Cela requiert de doucement faire rouler les têtes entre les paumes de vos mains pendant pas mal de temps. Cela va briser les trichomes du matériel végétal et cela aidera également à excréter l'huile de la plante.

Un mélange de trichomes et d'huiles se crée sur la surface de la main pour former une sorte de bloc semblable à du goudron. On collecte le tout et on le presse jusqu'à obtention d'un "finger hash" ou d'un "charas."

PRESSAGE À CHAUD

Comme son nom le suggère, ce procédé nécessite de presser des têtes de cannabis séchées entre deux surfaces chaudes pour chauffer les trichomes et les séparer du reste du matériel végétal.

La méthode la plus simple pour faire ceci est d'enrouler les têtes dans du papier cuisson et de les presser entre les deux plaques chauffantes d'un fer à lisser. La combinaison de la chaleur et de la force appliquée aidera à séparer les trichomes du reste afin de produire une petite quantité d'huile connue sous le nom de "rosin".

EXTRACTION À BASE DE SOLVANTS

Comme son nom l'indique, les méthodes d'extraction à base de solvant requièrent des solvants pour séparer les trichomes de la matière végétale. Dans les méthodes communes d'extractions à base de solvant, on peut retrouver :

L'extraction à l'alcool

Celle-ci nécessite de regrouper les têtes et les tailles de cannabis dans une boîte et de la remplir avec de l'alcool. On laisse le mélange reposer pendant un certain temps tout en l'agitant quotidiennement pour aider l'alcool à séparer les trichomes. On filtre ensuite la mixture finale avant de la chauffer pour réduire l'alcool restant autant que possible.

L'extraction au butane

Pour cela, on doit mettre les têtes de beuh dans une boîte et les asperger de butane liquide. Le butane aide à la séparation et la mixture restante est ensuite chauffée pour retirer autant de solvant que possible pour ainsi logiquement, obtenir autant de cannabinoïdes et de terpènes que possible.

L'extraction à l'eau gelée

Cette méthode à semblable à celle avec l'alcool. On place le cannabis dans une boîte remplie d'eau froide et de glaçons. On remue le tout, on le secoue, on le laisse reposer, on retire les matériaux végétaux et on filtre progressivement ce qui reste dans la boîte à travers plusieurs tamis fins. On utilise cette technique pour faire du "hash à l'eau gelée" ou du "bubble hash".

L'extraction au CO2

L'extraction au CO2 est la forme la plus avancée pour séparer les trichomes du reste de la plante. Cela nécessite de transformer le CO2 en un fluide supercritique et d'utiliser ce liquide pour extraire les cannabinoïdes et les terpènes de la weed. Ce procédé est très technique et demande un équipement de laboratoire professionnel.