VIP De La Marijuana: Bob Marley


VIP De La Marijuana: Bob Marley

Pendant les années 60, 70 et 80, Bob Marley et son groupe ont su se propulser sur la scène internationale grâce à leur musique reggae iconique. Mêlant des guitares au rythme bien saccadé et criantes d’aigu, de profondes lignes de basses enivrantes, de puissants rythmes le tout accompagnant de puissants messages, le reggae de Bob Marley allait révolutionner l'histoire de la musique pour toujours et faire briller une belle et grande lumière sur le cannabis.

Bob Marley est né en 1945 dans une ferme à Nine Mile en Jamaïque. Son intérêt pour la musique a débuté dès son jeune âge à l'école primaire et en établissement secondaire de premier cycle. Il était ami d'enfance avec Neville Livingston (plus communément connu sous le nom de Bunny Wailer), et les deux enfants écoutaient souvent de la musique ensemble et s'attentaient parfois à quelques expériences vocales.

Bob et Bunny ont tout deux déménagé à Trench Town dans Kingston lorsqu'ils avaient à peu près 12 ans. Ils ont dès lors commencé à vivre ensemble ce qui les amènerait par la suite à approfondir leurs expérimentations musicales. À cette époque, les musiques R'n'B et Ska devenaient de plus en plus populaires en Jamaïque grâce aux signaux des stations de radios américaines qui réussissaient à parvenir jusqu'à l'île.

Grâce à leur passion commune pour la musique, Bob et Bunny ont ensuite rencontré d'autres passionnés du même genre à Kingston tel que Peter Tosh, Beverley Kelso et Junior Braithwaite. À ce moment-là, ni Bob, ni Bunny ni aucun de leur nouveaux amis ne savait jouer d'un instrument. Pour palier à cela, ils s'entraînaient à faire des harmonies et pensaient même à monter un projet basé uniquement autour de la voix.

Le groupe suivait Higgs et Wilson, un duo vocal et local populaire avant de pouvoir finalement rencontrer Joe Higgs. Ils ont abordé avec lui leur intention de former un projet vocal, ce dernier a accepté de donner un coup de main au développement des harmonies du groupe en plus d'aider Bob dans l'apprentissage de la guitare. S'il avait un jour pu se douter qu'il allait participer à fournir à Bob les fondations de ce qui deviendraient un jour les chansons de reggae les plus vendues de l'histoire de ce genre.

Au début des années 60, Bob s'était fait de sacrés relations sur la scène musicale locale. En 1962, il a enregistré 4 chansons pour Leslie Kong, un producteur local : Judge Not, One Cup of Coffee, Do You Still Love Me and Terror. Trois de ces chansons sont ensuite sorties de chez Beverley's, un label musical du coin et One Cup Of Coffee, parut sous le pseudonyme de Bobby Martell.

Marley, Wailer, Tosh, Kelso, et Braithwaite ont rapidement fondé ensemble The Teenagers avec Cherry Smith. Ils étaient très actifs sur la scène pendant l'année 1963 avant de rapidement changer de nom de groupe pour The Wailing Wailers. C'est sous ce nouveau nom que le groupe a commencé à attirer l'attention de Coxsone Dodd, un autre producteur local. Le groupe a finalement décidé entre 1963 et 64 de s'appeler The Wailers.

Vip de la marijuana: bob marley

En travaillant avec Dodd, The Wailers a sorti Simmer Down, un tube instantané qui a rapidement grimpé dans les hit-parades après avoir vendu 70 000 exemplaires. Le groupe a rapidement commencé à collaborer avec de grands musiciens jamaïcains renommés et ont sorti leur premier album studio intitulé The Wailing Wailers en 1965. Mais le groupe s'est séparé de 3 ses membres-fondateurs un an plus tard.

Le groupe s'est ensuite associé avec Lee "Scratch" Perry, un autre producteur majeur de l'époque et son groupe The Upsetters. Ensemble, les Wailers ont continué à produire certaines de leurs plus grandes chansons.

Dans le début des années 70, Bob Marley & The Wailers ont sorti un paquet de chansons iconique comprenant Soul Rebels, Catch A Fire, Burnin’, et Natty Dread. Ils se sont ensuite tournés vers Island Records, une maison de disque très influente à cette époque. Vers les années 80, Bob et ses Wailers avaient sorti d'innombrables albums emblématiques tels que Rastaman Vibration, Exodus, Kaya, Survival, et Uprising. Confrontation, leur dernier album, est sorti en 1983.

C'est pendant les années 60 que Bob s'est converti du Christianisme vers le Rastafarisme. Il était associé avec l'une des Mansions of Rastafari, et a doucement commencé à incorporer le Rastafarisme à sa musique. C'est ce changement de croyance qui a aidé Bob à tisser ses liens éternels avec Dieu (Jah) et le cannabis.

LA RELATION DE BOB MARLEY AVEC LA MARIJUANA

L'une des images les plus emblématiques pour tous les fumeurs d'herbe est la pochette Catch A Fire, l'album de 73 de Bob Marley and the Wailers où l'on peut y voir un jeune Bob en train de fumer un gros spliff. Non seulement cela donne l'étendu de l'esprit de rébellion de Bob, mais cela image également sa profonde relation avec le cannabis.

La relation de bob marley avec la marijuana

Afin de comprendre l'importante connexion de Bob avec le cannabis, il est capital de comprendre ce qu'est le Rastafarisme. Le Rastafarisme est un mouvement né en Jamaïque dans les années 30, principalement parmi les pauvres et les classes ouvrières des communautés afro-jamaïcaines. On dit souvent de ce dernier qu'il ferait en réalité partie de mouvements politiques et sociaux bien plus grands comprenant le mouvement Back To Africa et d'un ras-le-bol général du colonialisme anglais.

Le cannabis joue un rôle clé dans le Rastafarisme. Bien qu'il ne soit pas exclusif à ce courant, il est définitivement l'un des aspects du mouvement Rasta qui a grandement choqué les sociétés occidentales lorsqu'il est arrivé sur la scène internationale dans les années 60 et 70.

Le Rastafarisme combine de multiples pratiques et croyances. L'une des convictions les plus centrales aux rastas est certainement la réflexion et la méditation continue sur soi et ses croyances. Par conséquent, les rastas tiennent souvent des "groundings" : un genre de cérémonie où ils se rassemblent devant un aîné dans l'optique de discuter de leur religion, de l'interprétation qu'ils en font et de sa pertinence vis-à-vis des événements actuels. C'est dans ces cérémonies que le cannabis joue un rôle essentiel.

Les rastas appellent le cannabis "ganja" et le consomme régulièrement en le fumant, l'ingérant ou en l'incorporant à des tasses de thé ou divers repas. Certains rasta pensent que la ganja devrait être restreinte à des utilisations religieuses, spirituelles et méditative tandis que d'autres l'utilisent pour le plaisir.

Bob Marley s'y est converti en 1966 et est rapidement devenu aux yeux du monde, un défenseur de "l'herbe". Pour Bob, la weed était bien plus qu'une simple drogue servant à rire et à avoir faim. Pour lui et pour plein d'autres rastas, la weed était une puissante substance qui l'aidait à ouvrir son esprit et qui le mettait en condition pour méditer.

Dans une fameuse interview, Bob a résumé sa vision du cannabis comme ceci :

"Quand tu fumes de l'herbe, l'herbe te révèle qui tu es. Toutes les méchancetés que tu fais, l'herbe se révèle à toi, à ta conscience, elle te montre qui tu es vraiment parce que l'herbe te fais méditer. Ça reste quelque chose de naturel et ça pousse comme un arbre."

Aujourd'hui, Bob est devenu une icône internationale. Et tandis que sa musique peut sembler être posée, calme et paisible, il est important de se souvenir que la musique de Bob fait passer un message bien plus profond. Dans une interview avec Quartz, Ziggy Marley, le fils de Bob, demandait aux gens de se souvenir que le message de son père était et est encore, un message puissant et pertinent.

Ziggy a dit: "Bob était un révolutionnaire. Il était quelqu'un qui souhaitait véritablement obtenir la justice sociale, dans un véritable sens physique." "On n'imagine pas tout ce qui se cache derrière. C'est bien plus que le simple "Oui Bob Marley, l'amour, la paix et fumer de la ganja etc..." Pour certains, ça leur suffit. Mais c'est bien plus complexe que cela et le message reste à l'heure d'aujourd'hui, un message des plus importants."

Il est également important de réaliser que la ganja était une influence clé de la créativité de Bob. Pour lui, fumer du cannabis ne consistait pas simplement à s'asseoir dans le canapé pendant des heures en regardants la télévision pendant des heures. À la place, elle l'aidait à ouvrir son esprit et son cœur, et elle a fini par contribuer à la création de certaines de ses meilleures œuvres.

Sa famille travaille encore activement à promouvoir et à préserver la vision de Bob sur le cannabis. En novembre 2014, la famille Marley a rejoint une société d'investissement privé pour lancer l'une des premières marques mondiales pour les fumeurs de cannabis.

Dans une interview avec le Huffington Post, Cedella, la fille de Bob, a mentionné l'importance qu'à eu le cannabis dans l'inspiration musicale de son père.

Elle a dit : " l'inspiration créative représentait tout pour mon père, c'était comme respirer ou vivre pour lui. Chaque fois qu'il fumait, il était inspiré et un esprit ouvert était une porte ouverte à son élan créatif. Il considérait l'herbe comme un présent."

BOB MARLEY: POUR TOUJOURS DANS NOS CŒURS

Malheureusement, Bob Marley fut diagnostiqué d'un mélanome malin dans son orteil en 1977. Conforme à ses convictions religieuses, Bob a refusé l'avis de son médecin qui suggérait l'amputation de son orteil et celui-ci a continué à tourner jusqu'en 1980 en Europe et aux États-Unis.

Il est décédé en 1981 à Miami où il s'était arrêté en revenant d'Europe pour rentrer en Jamaïque pour une assistance médicale. Il était âgé de 36 ans et ses derniers mots à son fils, Ziggy Marley, étaient: " l'argent ne peut pas t'acheter la vie" laissant derrière lui, l'un des plus grands héritages dans l'histoire de la musique moderne.